Conférence “Fin de vie”

La question de la fin de vie vous intéresse ? que sont les « directives anticipées » ? À quoi servent-elles ? Comment les rédiger ? Qu’est-ce qu’une  « personne de confiance » ? Comment la nommer ? Pourquoi ?

Tous ces sujets vous interpellent pour vous-même, votre conjoint(e), vos proches ?
Ils seront expliqués, débattus lors d’une soirée d’informations le :

par une équipe du « réseau alsacien de soins palliatifs » (médecin, cadre, infirmière).

La loi Léonetti du 22 avril 2005 sera expliquée, elle nous concerne tous et pourtant elle est peu, connue tant du grand public que des professionnels de santé.

Elle concerne le droit des malades ET de la fin de vie :

  • elle condamne l’obstination déraisonnable (ou acharnement thérapeutique)
  • elle donne droit à tout patient de refuser un traitement
  • elle précise que tous les moyens thérapeutiques doivent être mis en œuvre par les médecins pour soulager la douleur
  • elle permet à chacun d’exprimer à l’avance ses souhaits concernant l’organisation de sa fin de vie (directives anticipées, personne de confiance)
  • si un malade est inconscient et dans l’incapacité de donner son avis, l’arrêt ou la limitation du traitement ne peut être décidé que dans le cadre d’une procédure collégiale et après consultation d’un proche ou d’une « personne de confiance » préalablement désignée par le malade.

Cette loi concerne donc toute personne en bonne santé ou au début d’une maladie et non seulement les personnes âgées ou les personnes en fin de vie.

Durant cette soirée pourraient également être abordés des sujets plus polémiques tels l’euthanasie ou le suicide assisté, sachant que le débat est en cours et que rien n’est acté à ce sujet. Il n’existe pas « une fin de vie », mais « des fins de vie ». Ne laissons pas voler la nôtre, soyons-en acteur jusqu’au bout.

Marie Claude Filser

findevie