L’Eurovoyageur

ciie_1Mardi le 11 février 2020, M. Weber, intervenant du Centre d’Information des Institutions Européenne est venu à l’école pour faire une animation sur la construction européenne dans la classe de CM1/CM2.

Au cours de cette animation, l’intervenant a abordé, les symboles, l’histoire et la géographie de l’Union, ainsi que les drapeaux, les capitales, les traditions et les spécificités des 27 États membres.

Dans la deuxième partie de l’Eurovoyageur, les enfants regroupés en quatre équipes sont partis à la découverte des 27 pays de l’Union européenne à travers un jeu de questions/réponses. Des documents sur l’Europe (carte,…) ont été remis à tous les participants. De plus, la carte Eurovoyageur utilisée lors de l’intervention a été gracieusement offerte par le CIIE à la classe participante.

Pour en savoir plus sur cette animation allez -> ici <-

Voici ci-dessous des rappels des symboles abordés lors de la séance.

Légende
Nous avons ainsi appris l’histoire de la princesse “Europe” (crédits CIEE) :

Le nom “Europe” tire son origine d’un personnage de la mythologie grecque. Fille d’Agénor, roi de Phénicie, la princesse Europe vivait à Tyr, sur le bord asiatique de la Méditerranée (aujourd’hui le Liban).

Se passionnant pour les voyages en mer, la jeune princesse rêvait des terres lointaines. Elle avait ainsi pour habitude de se promener, presque chaque jour, au bord de la mer, en regardant vers l’horizon infini.

Zeus, le Dieu des Dieux qui vivait au sommet de l’Olympe, caché par une couche de nuages, avait remarqué depuis quelques temps déjà, la grande beauté de la princesse et son goût pour les aventures et les découvertes. Il tomba amoureux d’elle et décida de l’emmener loin de chez elle, sur de nouvelles terres.

Dans la nuit qui suivit, la princesse fit un rêve étrange : deux terres, ayant l’aspect de femmes, se disputaient la jeune princesse. L’une, la “terre d’Asie”, voulait la garder; l’autre, la “terre de la rive opposée”, voulait l’emmener en mer sur ordre du roi des Dieux, Zeus.
Se réveillant, la princesse alla au bord de la mer. Subitement, un taureau, puissant mais docile émergea de la mer et persuada la belle princesse de monter sur son dos. Puis il s’envola et emmena la jeune princesse sur l’île de Crète, en Grèce. Là, il prit une forme humaine : ce n’était autre que Zeus (transformé en taureau). Europe tomba, elle aussi, amoureuse de lui. De leur amour naîtront trois enfants et grâce à la princesse, le continent gagna un nom : Europe.

ciie_4

Le mythe de la princesse Europe est aujourd’hui illustré sur la pièce de 2 € grecque, par la représentation d’un taureau portant une jeune femme sur son dos.

ciie5

Drapeau
Nous avons également appris la symbolique du drapeau européen (crédits : CIIE)

Le nombre d’étoiles sur le drapeau de l’Union européenne n’est nullement lié au nombre d’États membres. Leur nombre invariable de douze, symbolise depuis l’Antiquité grecque, la perfection et la plénitude, à savoir l’état de ce qui est parfait et complet.

Toutes les étoiles sont disposées verticalement sur le drapeau européen, c’est-à-dire avec une branche dirigée vers le haut et deux branches s’appuyant sur une ligne horizontale non apparente (correspondant à la « position » de l’être humain : la tête vers le ciel et les pieds parterre). Elles forment un cercle en signe d’union, mais les étoiles ne se touchent pas, le cercle reste ouvert et permet à d’autres (pays) de se rajouter. Les étoiles ont cinq branches comme l’homme qui a cinq extrémités, cinq doigts, ou cinq sens.

La position des branches des étoiles permet de vérifier que le drapeau européen ne se trouve pas hissé à l’envers.

Le drapeau européen est devenu le symbole par excellence de l’identité européenne et de l’Europe unie. Le nombre d’étoiles n’étant pas en rapport avec le nombre d’États membres, le drapeau ne sera évidemment pas modifié lors des prochains élargissements de l’Union européenne.

drapeau

Hymne
L’hymne européen désigne l’hymne utilisé lors des cérémonies officielles de plusieurs organismes internationaux européens. Il s’agit d’un arrangement d’environ deux minutes du thème musical de l’Ode à la joie, dernier mouvement de la Neuvième symphonie écrite en 1823 par Ludwig van Beethoven. Ce thème est actuellement utilisé par l’Union européenne et également par le Conseil de l’Europe.

La monnaie

ciie10

La monnaie unique : l’Euro est devenu le 1er janvier 1999 la monnaie unique européenne.
Les billets et les pièces en euro circulent depuis le 1er janvier 2002.

euro
ευρώ (grec)
евро (bulgare)
evro (slovène)
ewro (maltais)

ciie9

Le logo de l’euro est inspiré de l’epsilon grec, berceau commun de la civilisation européenne, et par la première lettre du mot Europe. Les deux traits parallèles symbolisent la stabilité de l’euro.

ciie7

Journée de l’Europe

Les idées fondatrices de l’Union européenne ont été énoncées pour la première fois le 9 mai 1950 par Robert Schuman, alors ministre français des affaires étrangères.

C’est la raison pour laquelle le 9 mai reste une date hautement symbolique pour l’Union.

ciie_6

La devise

In varietate condordia
(latin)

“Unie dans la diversité”

Cette devise caractérise la manière dont les Européens se sont rassemblés, en créant l’Union européenne, pour œuvrer en faveur de la paix et de la prospérité, s’enrichissant ainsi des différentes cultures, traditions et langues du continent.

ciie4

 

 

Publié dans Reportages | Commentaires fermés sur L’Eurovoyageur

Soirée coucous

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Soirée coucous

Le marché de Noël

L’Association des écoles de Lembach et Mattstall a encore une fois organisé son traditionnel marché de Noël sur la place de la Mairie.

Le samedi 7 décembre 2019, les stands ont été installés sous les arcades de la Mairie dès 8 heures avec toutes les réalisations faites à l’école avec l’aide de nombreux parents d’élèves lors d’ateliers de bricolage.

A tour de rôle et par groupes de 6 ou 7, les élèves de CM1 et de CM2 ont pu s’occuper de la vente en présence des maîtres et des maîtresses.

Les parents, les grands-parents et de nombreux visiteurs sont passés nous voir malgré le temps pluvieux. Ils nous ont fait le plaisir d’acheter quelques unes de nos productions : des étoiles, des décorations de table diverses, des bougeoirs, des boules de Noël, des suspensions décoratives diverses et d’autres petits objets en argile, en bois… Il y avait même des confitures.

Les visiteurs ont même pu se réchauffer avec du café, du chocolat chaud et du jus de pommes chaud et goûter des gâteaux de Noël.

Vers 11h30, nous avons rangé les stands qui étaient bien dégarnis par rapport à leur mise en place.

Le bénéfice du marché, intégralement reversé dans la caisse de l’association des écoles de Lembach et Mattstall (ASELM) permettra de financer des sorties au cours de l’année ou l’achat de petit matériel.

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Le marché de Noël

Piscine : dernière séance

Ce lundi matin 2 décembre, les classes de CE1 et de CM1/CM2 ont eu leur dernière séance de piscine aux Aqualies de Niederbronn-les-Bains.

Les élèves ont pu profiter d’une séance de jeux libres pendant laquelle ils se sont amusés avec les balles, les tapis de mousse et le toboggan.

Les accompagnateurs ont insisté pour faire une photo souvenir, puisque cette séance a vraiment été la dernière pour l’un des participants… 😉

À partir de mardi 3 décembre, ce sera au tour des classes de CP et de CE2/CM2 de démarrer leur cycle de 10 séances de natation.

Publié dans Reportages | Commentaires fermés sur Piscine : dernière séance

Marché de Noël

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Marché de Noël

Un ramassage de papier fructueux

Samedi 16 novembre, l’association des parents d’élèves « Les écoliers du Heimbach » a invité les habitants des villages rattachés au regroupement pédagogique intercommunal de Lembach à déposer devant chez eux les papiers et cartons dont ils souhaitaient se débarrasser.

Dès 13 h, des équipes avec fourgonnette ou remorques ont sillonné les rues d’Obersteinbach, de Niedersteinbach, de Mattstall, du Pfaffenbronn et de la cité des Charbonniers.

Pour cette 3e édition, le ramassage a mobilisé encore plus de monde, le beau temps ayant certainement motivé à une participation familiale, avec les enfants. Ainsi dès 15 heures, les deux bennes déposées près du stade Charles-Isel étaient quasiment remplies, soit quelque 75 m³ de papier et de carton.

Le fruit de cette collecte est destiné à soutenir les actions et sorties au profit des enfants de l’école Henri-Mertz.

texte et photo : Hub. K

Publié dans Informations | Commentaires fermés sur Un ramassage de papier fructueux

Fête de la Saint-Martin

Cette année encore, l’école a organisé la fête de la Saint-Martin. Celle-ci a eu lieu le mardi 13 novembre.

Après le traditionnel rendez-vous sur la place de la Mairie à 18h, les enfants ont commencé la fête par des chants puis ont entamé un défilé à travers les rues du village pour se rendre dans la cour de l’école. Les enfants étaient porteurs de lampions confectionnés à l’école.

Arrivé à l’école le cortège a pu profiter des stands avec la petite restauration (soupe, grillades et gâteaux) et des boissons chaudes (café et vin chaud) avec un temps sec et mais froid.

Un feu de joie attirait petits et grands et réchauffait les participants tout au long de la soirée. Cette fête fut encore une fois une belle réussite grâce à la participation de nombreux parents.

saint-martin_3

Qui était St-Martin ?MARTIN de TOURS
Né vers 316 en HONGRIE et fils d’un haut dignitaire romain. Saint Martin entra à quinze ans dans l’armée.

Un jour d’hiver, rencontrant à la porte d’AMIENS, un pauvre qui lui demandait l’aumône, il lui donna la moitié de son manteau ; la nuit suivante, le Christ lui apparaissait revêtu de cette moitié de manteau.

Bientôt, Saint Martin quitta l’armée. Devenu plus tard évêque de TOURS , il construisit entre autres monastères, celui de Ligugé et de Marmoutier. Il mourut à 81 ans après avoir fait de retentissants miracles au cours de sa vie.

Durant le Moyen Âge, son tombeau fût l’objet de fréquents pèlerinages et son culte se répandit dans tout l’Occident. La France compte un grand nombre de sanctuaires qui lui sont dédiés, ainsi que de localités qui portent son nom. Saint Martin fut l’un des premiers saints, mis sur les autels sans avoir subi le martyre.

saint-martin_2

Le folkloreSaint Martin est devenu un personnage du folklore français et européen.

Dans les Flandres maritimes, il est considéré comme donateur mythique de cadeaux aux enfants et on le représente chevauchant, non un cheval comme il conviendrait à un militaire, mais un ÂNE. Les légendes sur St Martin se sont développées essentiellement en Belgique, aux Pays-Bas et dans une vaste partie de l’Allemagne, mais nulle part en Angleterre ni, semble t-il, en Italie.
On en a signalé en Espagne, où autrefois, on faisait croire aux petits enfants que, dans la nuit, Saint Martin passait muni de pain sec et monté sur un âne maigre et galeux : il mettait des châtaignes et d’autres fruits secs sur la fenêtre des enfants sages, des cendres et des crottins d’ânes aux paresseux et aux mécréants. La veille au soir, les enfants courraient les chemins en soufflant dans des cornes de terre cuite et en criant au saint de ne pas oublier leur maison.

Dans les régions où l’on fête la saint Martin, très souvent, la veille de la fête, les enfants font des quêtes, réclamant du Saint les dons escomptés, surtout des pommes et des noix : rite nommé “Märten” en Allemagne.

Dans les pays protestants, le fait que LUTHER se prénommait Martin a contribué à maintenir ces coutumes ou à les modifier dans un sens nouveau.

En France, elles sont signalées dans le Nord et essentiellement dans la région de Dunkerque. Pendant que St Martin aide les miséreux, son âne s’enfuit dans la dune.
C’est alors qu’il demande l’aide des enfants pour le retrouver. Comme il fait nuit, les enfants doivent se fabriquer une lumière de fortune afin de se diriger dans l’obscurité. St Martin accompagné de ce cortège lumineux part à la recherche de son âne, en chantant. L’âne est retrouvé au détour d’un chemin. St Martin et son âne remercient les enfants pour leur aide par une distribution de petits pains (l’histoire dit que les crottins de l’âne ont été transformés en petits pains). Autrefois cette fête était très populaire et, quelque temps avant la Saint Martin, les enfants se procuraient des cornes de vaches qu’ils perçaient à leur extrémité afin d’en faire des trompettes avec lesquels ils jouaient l’air de Saint Martin.

saint_martin_4

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Fête de la Saint-Martin

Invitation à la Saint-Martin

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Invitation à la Saint-Martin

De généreux donateurs

Un prolongement de la cérémonie de baptême de l’école, le public a pu vivre un émouvant moment de solidarité : Ira et Warnfrid Grams ont remis au directeur d’école Jean-Christophe Rochelle un chèque de 500 euros et un panier rempli de crayons de couleurs, de coloriages et de quelques friandises.

Le couple allemand domicilié à Karlsruhe réside depuis 30 ans à Wengelsbach, commune de Niedersteinbach. Le directeur de l’école de Lembach raconte qu’il a rencontré les Grams à Obersteinbach le 14 septembre, lors du vernissage de l’exposition sur le centenaire de la Malerkolonie (1895-1918), l’école de peinture pour femmes. Une invitation à la cérémonie de la commémoration du centenaire de la naissance de Henri Mertz s’en est suivie.

Dans son intervention, son premier discours en français, le Dr Grams explique : « mon épouse et moi sommes heureux d’avoir été invités à cette cérémonie. Nous vivons à Wengelsbach depuis trois décennies où nous avons partagé beaucoup de belles choses avec les habitants de cette belle région d’Alsace du Nord et du proche Palatinat et nous voulions redonner quelque chose ! Pour nos 30 de présence à Wengelsbach, nous avions organisé dernièrement une petite réception et nous avons suggéré à nos invités, au lieu d’offrir des cadeaux, d’alimenter une caisse pour une bonne cause. Les enfants sont notre futur, c’est pourquoi nous voulons leur faire plaisir en leur remettant aujourd’hui le fruit de cette collecte ! »

Le directeur confirme que cette généreuse donation sera réservée aux sections de l’école maternelle, le maire la qualifiant de beau geste transfrontalier !

Ira et Warnfrid Grams remettant au directeur Jean-Christophe Rochelle un panier de matériel et un chèque au profit des enfants des sections maternelles de l’école Henri-Mertz.

Texte et photo : Hubert Kettering

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur De généreux donateurs

Cérémonie à l’école

Vendredi 4 octobre après les cours, enfants, parents, personnel enseignant, anciens élèves, force vives de Lembach et élus de la Haute Vallée de la Sauer ont envahi la cour de l’école Henri-Mertz pour l’inauguration officielle de cette dernière.

C’est en 2016 déjà, suite à la fusion de l’école maternelle avec l’école élémentaire, que le conseil municipal avait choisi le nom « Henri-Mertz » pour l’école accueillant les enfants du regroupement pédagogique (RPI) de Lembach et les villages du Steinbach, de Mattstall et du Pfaffenbronn. C’est donc la date du 4 octobre, jour de commémoration du 100e anniversaire de naissance du poète alsacien, enfant de Lembach, qui a été choisie pour le baptême officiel de l’établissement.

La langue alsacienne n’est pas éteinte

Le maire Charles Schlosser et le directeur d’école Jean-Christophe Rochelle ont pu saluer le député Frédéric Reiss, les conseillers départementaux Nathalie Marajo-Guthmuller et Rémi Bertrand, les maires Alfred Kreiss (Lobsann), Gérard Nicastro (Obersteinbach) et Jean Weisbecker (Wingen) ainsi que le curé Jean-Luc Caspar et le pasteur retraité Martin Blanalt. Un des deux fils du poète Robert Mertz, accompagné de son épouse et résidant dans le sud de l’Alsace, avait fait le déplacement. L’équipe d’animation du périscolaire Lembach/Langensoultzbach (dont les enfants de ce village) était également présente.

La cérémonie a débuté en chants avec l’ensemble des enfants de l’école, sous la direction de leurs maîtresses, accompagnés par les compositeurs chansonniers alsaciens, Isabelle Grussenmeyer et René Eglès. Ils ont interprété “Mir Danze” et “Mini Kàtz“. Six enfants du CM1-CM2 ont ensuite récité le poème en alsacien “Elsass” , « un texte d’Henri Mertz qui n’est pas des plus faciles », a commenté le directeur — les écoliers s’en sont sortis avec brio.

Le maire Charles Schlosser a constaté que la langue alsacienne n’était pas éteinte et que les cérémonies officielles étaient un moment propice à l’inclusion de la langue régionale dans les discours — les applaudissements lui ont donné raison.

Le maire a enchaîné avec la biographie d’Henri Mertz, né en 1919, fils d’un forgeron de Lembach qui devint instituteur après formation à l’École normale. Il fut marqué par la guerre et le sort des Alsaciens, des enseignants en particulier, durant cette période difficile. Il termina sa carrière professionnelle en 1976 comme professeur d’enseignement général de mathématiques, obtint le Bretzel d’Or de littérature alsacienne en 1979 et décéda en 1999. Poète, parfois satirique — il n’épargnera personne –, il publia à partir de 1946 et jusqu’à 1980 plusieurs recueils en langue alsacienne et un en français Au siècle des hommes sans tête. Ceux dans la langue maternelle parlent de « pauvre Alsace », « l’Alsace pêle-mêle » ou encore « Le nid de guêpes », entre autres. Après sa disparition, des amis ont publié ses poèmes allemands inédits dans le recueil “Spaetlese” (vendanges tardives).

Le bilinguisme encouragé

Au cours de son intervention, Charles Schlosser a lu quelques extraits de poésies de Henri Mertz, se caractérisant par le rythme, la vitalité, la richesse et la créativité de la langue alsacienne. L’auteur a surtout été marqué par les attaques contre cette dernière, ce qui le mettait en colère.

La conseillère départementale Nathalie Marajo-Guthmuller a rappelé le rôle de l’école et ses valeurs dans le parcours d’une vie. Elle a souligné qu’elle n’était plus seulement un lieu d’enseignement, d’acquisition de connaissances mais que l’école était aussi devenue un lieu d’éducation : « l’école, symbole de jeunesse, de dynamisme, d’avenir, doit rester un modèle de fierté dans lequel on se reconnaît de génération en génération. Elle met en avant la mission de l’élu qui est d’offrir aux enfants des écoles performantes. Enfant et éducation sont des priorités non négociables. » La conseillère départementale encourage le bilinguisme, « un atout dans notre région pour ne pas se priver des possibilités transfrontalières ». Francophone, elle a donné l’exemple en faisant une partie de son discours en alsacien.

Le député Frédéric Reiss a débuté son intervention en langue maternelle, soulignant que parler alsacien est pratiquement une obligation à Lembach ! Il a évoqué les péripéties vécues par les générations précédentes, alternant l’obligation de parler français et allemand. Il a appelé les jeunes à pratiquer la langue régionale car elle est un fil conducteur vers l’Europe.

Avant que René Eglès et Isabelle Grussenmeyer ne régalent un moment le public en puisant dans leur répertoire de chants personnels, l’élu a mis à l’honneur les deux artistes et le couple Robert Mertz. Le verre de l’amitié a clôturé la cérémonie festive.

Texte et photo : Hubert Kettering

Publié dans Manifestations | Commentaires fermés sur Cérémonie à l’école